Vidéo ajoutée le 08 mars 2016

Interview de Ma√ģtre Ganaelle Soussens, Avocat sp√©cialis√©e en droit immobilier.


1-Que faire lorsqu'un promoteur immobilier fait faillite en cours de chantier ?


Nous retrouvons cette situation malheureusement plusieurs fois par an. Quand on achète un bien en état futur d'achèvement (en Vefa), on le paye au fur et à mesure de sa construction à un promoteur qui s'est engagé à le terminer. Malheureusement, dans certains cas, le promoteur n'est plus en mesure de pourvoir à l'achèvement de l'immeuble.
Notre premi√®re recommandation c'est de se regrouper. Il faut vraiment que les acqu√©reurs s'informent pour savoir qui sont les autres victimes de ce m√™me promoteur, qu'ils se regroupent pour se soutenir car c'est une √©preuve et aussi pour mutualiser les co√Ľts. Ce d'autant que le bien est achet√© √† cr√©dit, cr√©dit qu'ils vont devoir commencer √† rembourser alors m√™me que le bien n'est pas disponible : ils ne peuvent pas l'habiter et ont donc des frais de logement ailleurs ou bien ils ne peuvent pas le louer si c'√©tait dans le cadre d'un investissement locatif et donc n'ont pas le revenu locatif qui devait permettre de rembourser la mensualit√© du pr√™t √† la banque. C'est donc une charge financi√®re importante pour les familles.


2- Quels sont les recours possibles ?


Il y a 3 recours possibles. Le premier c'est contre le promoteur, il faut le faire même si l'on peut imaginer que ce recours restera vain puisque si le promoteur est en liquidation judiciaire et qu'il n'a plus d'argent pour achever l'immeuble, il n'en aura pas non plus pour indemniser les victimes. Le deuxième recours qui lui va s'avérer plus efficace, c'est contre le garant d'achèvement. Pour protéger les acquéreurs, le code de la construction prévoit une garantie financière d'achèvement. Cette dernière est donnée par un organisme dont on sait a priori qu'il est solvable, puisque ce sera une banque ou une compagnie d'assurances. Cette entité là s'engage à financer l'intégralité des travaux nécessaires à l'achèvement de l'immeuble. Donc il faut absolument agir contre le garant d'achèvement pour obtenir qu'un jour les travaux soient terminés : il le doit. La troisième action à mener c'est la suspension du prêt. Depuis décembre 2014, la Cour de Cassation a élargi sa jurisprudence et autorise maintenant les acquéreurs en Vefa à solliciter la suspension du prêt. Elle était habituellement réservée aux contrats de construction (les maisons individuelles par exemple). C'est-à-dire que pendant toute la durée du procès, les acquéreurs sont libérés de la charge financière du remboursement du prêt.


3- Combien de temps ont les victimes pour agir ?


Les victimes ont 5 ans pour agir. Ce d√©lai de 5 ans court √† partir du moment o√Ļ l'immeuble aurait d√Ľ √™tre livr√© et ne l'a pas √©t√©. On a une illustration r√©cente de la Cour de Cassation avec des acqu√©reurs qui ont agi au-del√† du d√©lai de 5 ans et la juridiction les a d√©bout√© de l'int√©gralit√© de leur demande. 5 ans √ßa para√ģt long mais √ßa peut passer rapidement notamment quand des pourparlers ont √©t√© entam√©s, un dialogue avec le garant d'ach√®vement mais tant qu'on n'a pas saisi une juridiction, on n'a pas interrompu ce d√©lai et on prend le risque de voir toutes ses demandes rejett√©es.


Propos recueillis par Alexandra Boquillon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.