Vidéo ajoutée le 12 juillet 2016

Emmanuelle Cosse, la ministre du Logement et de l’Habitat durable, a signé le 29 juin dernier l’arrêté permettant d’étendre l’encadrement des loyers à 411 communes de l’agglomération parisienne.

Sont concernées :

– les 123 communes de Petite couronne réunissant les Hauts-de-Seine, la Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne,

Ainsi que

– 288 communes de Grande couronne (où le marché n’est pourtant pas tendu).

Compte-tenu du travail colossal d’observation à effectuer en amont, “l’extension de l’encadrement des loyers à l’Ile-de- France ne sera pas effective avant le 2ème semestre 2018”, a précisé l’Observatoire des Loyers de l’Agglomération Parisienne (l’OLAP).

Suite à l’annonce de la ministre du Logement, les critiques pleuvent de la part de la droite. Ainsi la présidente de la région IDF Valérie Pécresse (LR) a dénoncé une mesure “électoraliste”, “sans concertation avec les maires” qui “risque d’avoir des effets désastreux” en Ile-de-France.

Même discours chez les syndicats de professionnels de l’immobilier qui souhaitent que le dispositif reste circonscrit à Paris intra-muros.A l’inverse, les élus de gauche saluent l’extension du dispositif en Ile-de- France, tout comme les associations de consommateurs.

La ministre du Logement a par ailleurs indiqué que l’encadrement des loyers devrait être effectif à Lille fin 2016 et peut-être à Grenoble “d’ici un an et demi”. Pour info, malgré la volonté politique locale d’encadrer absolument les loyers à Grenoble, la FNAIM de l’Isère affirme que le marché grenoblois de la location n’est plus tendu, depuis plusieurs mois déjà.

Alexandra Boquillon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *