Vidéo ajoutée le 10 décembre 2015

L’Observatoire des Loyers de l’Agglomération Parisienne (l’OLAP) ne disposant pas de données suffisantes pour établir un loyer médian pour les appartements meublés, le Préfet a alors fixé un taux de majoration de 11% , par rapport aux loyers de référence des logements vides. Ce taux de majoration est cohérent pour les logements meublés bénéficiant d’un équipement “basic” conforme au décret publié le 5 août dernier. Mais la différence de loyer entre location meublée et location vide est souvent plus importante, “de l’ordre de 15 à 20 % en pratique”, puisque les appartements sont généralement très bien équipés (avec téléviseur à écran plat, lave-linge, lave-vaisselle, linge de maison, connexion Internet…).

Comme pour les loyers des logements vides, les loyers des meublés ne peuvent dépasser le loyer de référence majoré de 20%.

Pour récapituler, prenons un cas concret : si le loyer médian d’un 3-pièces vide construit avant 1946 dans une des 14 zones est de 20 € du mètre carré, le loyer médian du même type d’appartement, datant de la même époque, dans le même secteur, mais meublé cette fois, est donc de 20 € + 11 %, soit 22,2 euros du mètre carré. La limite à ne pas dépasser par le bailleur est de 26,64 euros (le loyer de référence, 22,2 euros majoré de 20%).

Et si le bailleur pense que ce loyer de 26,64 euros est encore sous-estimé, compte tenu des caractéristiques exceptionnelles de son bien, il a encore la possibilité de mettre en place un complément de loyer (non plafonné), prévu par la loi Alur. Justement, “nous avons pas mal d’appartements pour lesquels nous avons mis en place un complément de loyer”, témoigne Maud Velter de Lodgis.

(Sources : OLAP et Lodgis contactés par MaTVimmo.com)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *