Vidéo ajoutée le 01 mars 2018

Interview de Franck Vignaud, directeur du Laboratoire de l’immobilier, chez Theseis.

Le nouveau Pinel a été resserré sur les zones A, Abis et B1 pour 4 ans. Par contre, le dispositif n’est pas reconduit en zones B2 et C mais est étendu aux villes pénalisées par la fermeture d’un site militaire, ayant signé avec l’Etat un Contrat de redynamisation du site de défense (CRSD). Vous conseillez aux investisseurs de redoubler de vigilance sur ces villes. Peuvent-ils pour autant signer les yeux fermés dans toutes les villes situées en zones A, Abis et B1 ?

1 – La vigilance est-elle quand même de mise en zones A, Abis et B1 ? Y a-t-il des disparités au sein d’une même ville, d’un même quartier, voire d’un même immeuble ?

2 – Certains plafonds de loyers imposés sont-ils sous-évalués en Pinel au regard des loyers de marché pratiqués, rendant l’opération peu rentable ? Pourquoi Paris est-elle inadaptée au Pinel ?

3 – Mis à part Paris, quelles autres villes déconseillez-vous pour faire du Pinel au sein des zones A, Abis, B1 et pourquoi ?

Propos recueillis par Alexandra Boquillon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *