Vidéo ajoutée le 26 octobre 2017

Interview de Bernard Cadeau, Président du réseau Orpi.

1- Chaque bien est unique. Quels éléments (atouts et défauts) faut-il prendre en compte au moment de fixer le loyer ?

2- Pourquoi mettre un loyer 10 à 20% plus cher que le marché peut au final dégrader votre rentabilité locative ?

3- A la relocation*, le loyer peut-il être réévaluer librement ?

Propos recueillis par Alexandra Boquillon, journaliste de MaTVimmo

*Depuis le 1er août dernier, l’encadrement des loyers à la relocation est reconduit en zones tendues (28 agglomérations englobant plus de 1100 communes !), jusqu’au 31 juillet 2018. Ce dispositif d’encadrement s’applique à toutes les relocations vides et meublées à usage de résidence principale du locataire. Il est en vigueur depuis 2012 dès que Cécile Duflot était arrivée au pouvoir en tant que ministre du Logement.
La loi est la suivante : Lorsqu’un logement fait l’objet d’une relocation, le loyer du nouveau bail ne peut excéder le dernier loyer appliqué au précédent locataire, révisé en fonction de la variation de l’indice de référence des loyers. Raison de plus pour ne pas vous trompez au moment de fixer le loyer de votre premier locataire.

A noter que les logements faisant l’objet d’une première location sont donc exclus du champ d’application. (Tout comme les logements inoccupés par un locataire depuis plus de dix-huit mois).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *